Salesforce connection failure
Some of the features of the website may not work. Please try again later.

Décembre 2013 – Premières traces dans un hiver capricieux

Désolé pour le retard dans la publication de ce compte rendu. C’est plutôt bon signe : j’ai du mal à prendre le temps de rédiger (ou plutôt retranscrire) les notes que je prends quotidiennement et le retard s’accumule. Des soucis techniques sur les sites Internet et ma participation au stage organisé par Mille Traces et l’ASPAS ont également participé à ce décalage dans la publication.

Venons en au vif du sujet. Le mois de décembre a été très positif sur le terrain. C’est en effet le premier mois où j’ai pu faire une présence importante dans la zone avec deux vadrouilles de 10 et 7 jours consécutifs, ce qui correspond à ma vision de ce qui doit être fait pour mener à bien ce projet. Ces longues périodes m’ont permis d’agrandir ma zone connue, de découvrir des secteurs bien différents les uns des autres et de visualiser des itinéraires autrement que sur une carte.

Combe Laval depuis le col de la Machine

C’est beau une carte, j’aime passer du temps à les parcourir et imaginer par quel col passer pour changer de secteur. J’aime réfléchir sur quels sentiers je pourrais espérer trouver des indices intéressants et où me poser pour prendre le soleil et regarder ce qui passe. Parfois, quand je passe à la réalité du terrain, je me rends compte du relief qui rend les kilomètres un peu plus durs et les jambes un peu plus lourdes que prévu !

Un endroit serein

Parfois aussi, j’aime beaucoup moins ce que je trouve. Ce fût le cas lors de la première vadrouille de ce mois de décembre. J’avais prévu de passer 3 jours dans une zone qui, sur la carte, était prometteuse et accueillante. Une zone reculée qui a son col fermé en hiver m’assurait un secteur peu fréquenté. La fine couche de neige tombée dans la nuit me confortait dans cette idée. Jusqu’à l’arrivée au col où je me suis rendu compte qu’une battue alllait avoir lieu juste dans ce secteur… Ils sont venu de loin, ils sont presque tous là. Du 04, du 83, du 84 et un peu de locaux aussi. Route barrée, zone chassée. Cela ne m’a pas empêché de passer et d’entamer l’itinéraire prévu, mais j’ai eu le droit aux vrombissement d’un bolide de rallye toute la journée durant, en lieu et place des chants d’oiseaux. J’ai fini par rebrousser chemin le lendemain, ayant perdu tout espoir de découvrir du beau dans ce secteur. J’y retournerai quand les jours seront plus favorables.

Ruines sous la neige

Alors bien sur, ce n’est heureusement pas tous les jours comme cela et je découvre des points de vue magnifiques. C’est même la première vadrouille où je trouve un coin pour admirer la fin de journée ! Et oui, en montagne, le soleil se cache bien avant qu’il ne se couche.

Coucher de soleil sur Léoncel

Les premières pistes

Et oui ! Il fallait bien commencer par quelque chose, un jour. Non pas que je sois pressé, j’ai appris depuis quelque années déjà qu’il fallait laisser le temps faire son œuvre et ne pas précipiter les choses. Je vous avais parlé lors du dernier compte rendu qu’il était difficile de différencier les traces du loup de celles du chien et que parmi celles que j’avais trouvé, aucune n’avait été assez flagrante pour désigner Canis lupus.

Empreintes de loup

Et bien le mois de décembre m’a offert les premières pistes convaincantes. Et si je parle de pistes, ce n’est pas pour rien car c’est lorsqu’on peut suivre une voie sur une certaine distance et observer l’environnement autour que l’on peut se permettre un avis. Ce fût le cas deux fois lors de la première vadrouille. Les deux concernaient un individu seul qui m’amena dans un secteur un peu magique (bien qu’il ait choisi un itinéraire un peu chaotique mais je lui pardonne). La taille des empreintes et la régularité de la piste laissent peu de doutes sur l’identité du randonneur : un loup est passé par là !

Piste de loup

Lors de la seconde vadrouille, j’ai également trouvé deux pistes mais cette fois ci, deux individus ont fait balade commune. Cela peut être difficile à décerner selon les circonstances mais dans les deux cas, c’était facilement identifiable.

Double trace de loup

La première bonne nouvelle est que toutes les pistes que j’ai trouvé durant ces deux vadrouilles étaient fraîches (la neige était tombé la veille à chaque fois). La seconde bonne nouvelle est que toutes les pistes ont été trouvées non loin d’un de mes bivouac passés. Ce ne veut rien dire en soi, si ce n’est qu’il y ait une chance que mon odeur soit passée dans le nez de ces fins limiers, ce qui va dans le sens du projet.

Il n’y a plus de saison !

Alors que fin novembre, j’ai pu commencer les vadrouilles sous un climat attendu (voir espéré), le mois de décembre a été surprenant par sa clémence. La neige a rapidement disparue au niveau des 800m et même au delà, ce n’était pas joli à voir. De la pluie ! De la pluie fin décembre…
Sur la route du plateau

Cela a sérieusement contrarié mes projets, notamment pour les déplacements (raquettes, pas raquettes) et l’habillement (quand on s’attend à du -15°, on est mal pris lorsqu’il en fait 5°). Rajoutez à cela une tempête la veille de noël (imaginez un barbu qui passe la nuit à s’accrocher à sa bâche pour ne pas qu’elle s’envole, vous aurez une bonne idée du réveillon que j’ai passé !) , cela donne un temps qui fait regretter les -40° sec de la Baie-James.

Les buissons ont une belle vue

Coté pratique, ce temps maussade et incertain a également pourri les traces que j’aurai pu trouver, les zones hors neige étant nombreuses. Cependant, je ne vais pas me plaindre, cela fait parti de notre environnement et ça a eu au moins le mérite de laver mes chaussettes !

À très bientôt pour un court résumé du mois de janvier, qui aura été actif aussi mais avec moins de terrain. Mais je vous rassure, février s’annonce bien avec le retour de la neige et du froid (croisez les doigts pour moi).

La neige est en péril sous les coups du soleil

Pelouse au tombé du jour

Bivouac #15

Voir en ligne : La galerie du mois de décembre

Click here to read the full post

Click here to read the full post

Comments are closed.